Bois du Cazier. Marcinelle, 1956

c6ebfdac2461b5b3a6463d0bbecc967e

BOIS DU CAZIER. MARCINELLE, 1956
28.05 > 04.12.16

Le 8 août 1956, 262 mineurs perdaient la vie dans ce qui allait devenir la plus grande catastrophe minière de Belgique. A l’annonce de l’accident, des photographes se rendent sur place. Leurs images témoignent des premières heures où les secours s’organisent, où l’espoir pousse les sauveteurs vers la mine, et les femmes, les enfants, vers les grilles où on les contient. Elles traduisent aussi l’attente insoutenable, les jours qui passent, apportant leur lot de mauvaises nouvelles, drainant visiteurs officiels et badauds. Présents aux premières heures de la catastrophe, Camille Detraux et Raymond Paquay ont photographié et recueilli des commentaires, gardant la trace circonstanciée du drame tout en rejetant l’effet facile et l’image choc. «Le pire, c’était l’attente, interminable. Dans la soirée du premier jour, on a vu quelques rescapés. L’espoir revenait. Mais il s’amenuisa ensuite, de jour en jour. J’avais vécu d’autres catastrophes minières, des coups de grisou, des éboulements. Mais ceci dépassait l’imagination. Impossible de ne pas penser au nombre de ces mineurs, à leur impuissance devant l’incendie», témoigne Camille Detraux. Par la suite, d’autres images les ont rejointes, réalisées par plusieurs photographes présents sur les lieux du drame : Roger Anthoine, Antoine Rulmont, Hermann Chermanne, Alain Massin et Kryn Taconis, qui avaient tous en commun la même attention au drame humain qui se jouait, le même respect pour les victimes et leurs familles. Leonard Freed, présent à Marcinelle, au moment des funérailles des victimes, a également réalisé un pudique et bouleversant reportage, que sa veuve a généreusement offert au musée en 2011. Soixante ans après la catastrophe restée dans les mémoires, au-delà même de nos frontières, le Musée de la Photographie, à la suite des Archives de Wallonie, rend hommage aux victimes par cette exposition réunissant ces témoignages en images, accompagnée de la sixième édition, revue et augmentée, de l’ouvrage Bois du Cazier, Marcinelle 1956.

slide-1
Musée de la Photographie, Charleroi
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s