Marc Riboud

img_80

Le grand photographe de presse Marc Riboud est mort ce mardi 30 août 2016. Il avait 93 ans. C’est l’occasion de se replonger dans ses « Choses vues ».

 Publié le 12/04/2012 à 11h30

Ce qu’il y a de bien avec le livre compact de photos, plein cadre, c’est qu’il va à l’essentiel. Ainsi, «  Choses vues  » de Marc Riboud, tout en noir et blanc, nous mène au plus personnel de la fabrication des images. D’autant que la pagination est constituée, soit par diptyques, soit par suites, d’associations de formes visuelles, ce qui démontre l’extrême fidélité à un style. Ce livre est une pelote serrée de 165 photos extraites de plus de soixante ans de travail.

Marc Riboud fait partie des chefs de file de cette école Magnum (fermée en 1994 avec l’arrivée de Martin Parr) pour qui la photographie est, dans son «  instant décisif  », une pédagogie, un acte esthétique voire politique, une morale.

Avec Henri Cartier-Bresson et René Burri, il est de ce triumvirat généreux et rigoureux, polyvalent, où chacun se différencie au dixième de seconde. A l’instant T de la photographie, Cartier-Bresson s’arrête aux frontières de l’abstraction, Burri centre l’information, Riboud promène son œil compréhensif entre les deux.

Illustration du code binaire, Silicon Valley, USA, 2000

Illustration du code binaire, Silicon Valley, USA, 2000 – Marc Riboud

Le déclic qui sauve

Dans «  Choses vues  », les sujets ne manquent pas. Universels. Première constatation : quels que soient les fameux «  contextes  » , dont on peut penser qu’ils ne sont pas (qu’ils n’étaient pas) folichons, il y a toujours un indice, un signe selon lesquels rien ne sera jamais désespéré. Ni ridicule.

Avec lui, une tortue traversant une route en Turquie (1955) s’en sort vivante. Une réception officielle ne tourne pas à la caricature des gobeurs de petits fours mais à la scène cocasse, malicieuse. Riboud a toujours le déclic qui sauve. Son instant T est ordonné par un irréductible optimiste, un pacifiste convaincu.

Touraine, France, 2000

Touraine, France, 2000 – Marc Riboud

Viennent soutenir cette perception sur les ressorts sociables d’une œuvre les nombreux paysages : de la Touraine contemplée en artiste feuillagiste aux montagnes brumeuses de Huang Shan (Chine) retranscrites délicatement. Il met les lieux en équivalence avec les hommes et les présente dans une perspective patrimoniale, esthétique, à l’inverse du marché de la photo «  écologique  ». Marc Riboud est un paysagiste.

Dans ce train de photos qui traversent les époques et les continents, les femmes y tiennent une place essentielle. Femmes de Tokyo, de Téhéran (1979, année où il quitta Magnum), parisiennes, etc. elles circulent dans les pages de «  Choses vues  » en lignes de forces.

On devine, dans le même registre du regard positif, la conviction que cette «  autre moitié du ciel  » représente la seule perpétuation possible du courage, de l’élégance et de la finesse, de l’altruisme. Riboud est un photographe attentif, amoureux.

Le déclic qui réfléchit

A ce coin de l’article, on pourrait faire penser à Marc Riboud photographe voyageur, touriste surfant sur l’écume du monde. Rien ne serait plus faux. Cet ancien résistant passé par le maquis du Vercors sait l’importance du temps de l’engagement, des instants où l’homme témoin doit choisir l’inclinaison de son appareil. Premier photographe à entrer en Chine, ses portraits riants de Mao et Zhou Enlaï ou la scène d’un bal dans une aciérie à Anshan, en 1957, ressemblent à des adhésions.

Bal dans une aciérie, Anshan, Chine, 1957

Bal dans une aciérie, Anshan, Chine, 1957 – Marc Riboud

On ne lui en tiendra pas rigueur («  un temps abusé, dit-il  » ), en ces périodes de luttes où le camp des opprimés avait des estomacs vides et des drapeaux gonflés (plus tard, il y eut pire dans nos contrées intellectuelles en soutien de la terrifiante Révolution culturelle).

Heureusement que ces photos existent (et certaines sont devenues célèbres). Celles-là, et toutes les autres obtenues durant le dialogue libre qu’il a engagé, depuis 1957 à aujourd’hui, avec la Chine, relatent à sa façon sa gigantesque métamorphose.

Entre, il y eut le Vietnam, l’Inde, l’Afrique, le Bangladesh… l’Algérie.

Alger, 2 juillet 1962

Alger, 2 juillet 1962 – Marc Riboud

Un autre livre, «  Algérie, Indépendance  », publie sa «  couverture  », pour l’agence Magnum, des quelques derniers moments sous tensions de l’Algérie française et ceux, survoltés de liesses de l’an 1 (1962) de l’Algérie indépendante.

Tlemcen, 11 juillet 1962, avec un portrait de Ben Bella

Tlemcen, 11 juillet 1962, avec un portrait de Ben Bella – Marc Riboud

Voici, à Tlemcen, l’accueil triomphal d’Ahmed Ben Bella, (décédé le 11 avril), premier président de l’Algérie et, inquiétant, la marche de chefs de Wilayas et autres colonels historiques aux lunettes noires.

Voici, militantes, indépendantes, des femmes non voilées et d’autres couvertes de pied en cap. Voici l’espoir des slogans libérateurs et les réalités des rues pauvres de la Casbah.

Ici, l’œil du photographe analyse, tient sa distance avec l’évènement et décèle les contradictions d’une situation. L’instant T de la photographie, quand il le faut, est un grand moment de lucidité.

Avec ces deux livres, du focus sur l’«  Algérie, indépendance  » aux diverses «  Choses vues  » Marc Riboud est un enseignant d’Histoire et de photographie.

Tlemcen , 11 juillet 1962, A. Ben Bella reçoit un accueil triomphal à Tlemcen après six années d'exil et de captivité. Il roule à bord de la Citröen qu'avait utilisée de Gaulle lors de sa tournée algérienne en 1960

Tlemcen , 11 juillet 1962, A. Ben Bella reçoit un accueil triomphal à Tlemcen après six années d’exil et de captivité. Il roule à bord de la Citröen qu’avait utilisée de Gaulle lors de sa tournée algérienne en 1960 – Marc Riboud
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s