Elliott Erwitt – Paris New-York

visuel-1-0351b

Elliott Erwitt – Paris New-York

Voyage d’une ville capitale à une autre rien qu’en traversant la Seine.

Percée dans le New York des années 1950 à Saint-Germain-des-Prés

Des buildings endormis au lever du jour ; la silhouette d’un marin qui attend pour traverser ; le sourire éclatant de fragilité de Marilyn Monroe ; la nonchalance d’Andy Warhol dans le fond d’une limousine ; ou la serveuse de diner au regard perdu dans les volutes méritées de sa cigarette de fin de service… Voilà les images bien connues du New York d’Elliott Erwitt qu’expose en ce moment la galerie La Hune. A travers ses trois petites salles, on redécouvre les clichés mythiques du photographe à l’œil aiguisé et l’on se plaît à se perdre à nouveau dans le dédale des rues new-yorkaises des années 1950 et 1960 qu’il capta de façon si vive et juste.

Chacune de ses photos, classiques mais percutantes, témoigne d’un instant décisif de cette époque où la ville qui ne dort jamais était en pleine ébullition moderne et décadente. S’intéressant tant à l’architecture qu’au mouvement de la ville, au star-system qu’aux visages inconnus croisés sur le macadam, Elliott Erwitt embrasse New York dans son entier. La Hune présente en chair et en os ces clichés que l’on a l’habitude de croiser dans les livres d’histoire de la photographie ou dans ceux vantant le New York d’antan, celui qui a l’air de n’avoir pas existé tant il paraît mythique.

Paris, quant à elle, s’expose dans le 18e

Parce que l’artiste flânait aussi dans la Ville Lumière, La Hune s’associe à Magnum pour présenter les images tout aussi connues mais essentielles qu’Elliott Erwitt a pris de Paris. Baladant son regard perçant et sa perspicacité dans la composition du sujet et de la lumière, Erwitt est ainsi l’auteur du fameux saut au-dessus de la flaque de l’homme au parapluie. Entre autres…

De l’autre côté de la Seine, on poursuit donc le voyage dans le mythe de l’image, qui a contribué en partie à rendre Paris si désirable aux yeux des Américains. Mais on aurait aimé découvrir, aux côtés de ces écrasantes photos dorénavant devenues symboles d’une ville et pan de l’Histoire de la photographie, d’autres clichés moins médiatisés, moins éculés.

Une double exposition classique mais sans grande envergure

Sans risque et très attendue, cette double exposition qui se voulait audacieuse en éclatant sa présentation sur deux sites à travers Paris, s’avère décevante par le faible contenu qu’elle mobilise. D’une valeur incontestable, les photos d’Elliott Erwitt sont ici desservies par le manque d’ambition des galeries qui font reposer leur proposition sur le caractère légendaire du photographe et sur ses photos devenues égéries parisiennes et new-yorkaises, et qui n’apportent aucune valeur ajoutée au fait de les rencontrer « pour de vrai ».

Logo-La-Hune

Où ? Galerie-librairie La Hune, 16-18 Rue de l’Abbaye, 6e. Du lundi au jeudi de 10h30 à 19h30. Vendredi et samedi de 10h30 à 21h. Le dimanche de 11h30 à 19h30.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s