Les Américains – Robert Frank

Trolley_New_Orleans_1955__16920.1418217937

Les Américains – Robert Frank

Charleroi, Musée de la Photographie du 22.09.2018 > 20.01.2019

Robert Frank, figure incontournable de la Street Photography, est l’un des photographes les plus influents du XXe siècle depuis la parution des Américains en 1958. Les images de ce livre, qui ont 60 ans, ont profondément marqué des générations de photographes.

« Je désire réaliser un document contemporain authentique, dont l’impact visuel soit tel qu’il se passe d’un quelconque commentaire » écrivait le photographe américain Robert Frank dans sa lettre de candidature afin d’obtenir une bourse de la Guggenheim Foundation.

Le projet « d’étude visuelle d’une civilisation », soutenu par Walker Evans, Alexey Brodovitch, Edward Steichen, Alexandre Liberman et Meyer Shapiro, financé par le Guggenheim, aboutit au premier livre de Robert Frank, Les Américains.

Pour ce travail, accompagné de sa femme et de ses enfants, Robert Frank entame alors en avril 1955 un voyage à travers l’Amérique qui durera jusqu’en juin 1956. Sans programme préétabli, Frank sillonne trente états en se laissant porter aux hasards de la route, des rencontres et des événements. S’ensuivent des images, 27 000 sur pellicule, 83 retenues pour la publication.

Réalisé en France chez Robert Delpire dans un premier temps – Life Magazine ayant refusé de le publier – Les Américains est réédité en anglais un an plus tard chez Grove Press. Alors que l’édition française suscite peu de réactions, l’édition américaine rencontre – comme ce fut le cas trois années auparavant avec New York de William Klein – une hostilité profonde et se voit taxée d’antiaméricanisme. Bien loin du rêve américain tant vanté par certains, s’affiche avec cette série mythique un tout autre quotidien vu par le photographe lors de ses nombreux séjours dans les grandes villes. C’est le reflet d’une société telle qu’elle se présente à lui ; des fragments de vie, les tensions sociales ou le vide existentiel, les désordres du quotidien mais également les moments de plus grande légèreté.
Il demeure un ouvrage culte de l’histoire de la photographie au point que l’on peut écrire qu’il y a une photographie avant et une photographie après la parution des Américains.

reno-nevada-web

Biogaphie

1924 : Naissance de Robert Frank le 9 novembre à Zurich.
1941 : Début de son apprentissage à Zurich chez le photographe et graphiste Hermann Segesser.
1942-1944 : Poursuit sa formation à Zurich dans le studio de Michael Wolgensinger, ancien assistant de Hans Finsler, le directeur de la classe de photographie de l’école d’arts appliqués de Zurich.
1947 : S’installe aux états-Unis et commence à travailler à New York pour Harper’s Bazaar, sous la houlette d’Alexey Brodovitch.
1948 : Voyage en Amérique du Sud, découvre et photographie le Pérou et la Colombie.
1949 : Regagne l’Europe et, pendant les années suivantes, se partage entre les deux continents. Ses voyages le conduisent notamment en Espagne, en Angleterre et à Paris.
1950 : Se marie avec Mary Lockspeiser. De leur union naissent deux enfants : Pablo et Andrea.
1954 : Retourne avec sa famille vivre aux États-Unis.
Obtention d’une bourse de la Fondation Guggenheim pour documenter visuellement la civilisation américaine.
1955-1956 : Traverse les États-Unis avec sa famille.
1956 : Publication aux éditions Delpire d’Indiens pas morts réalisée en collaboration avec Werner Bischof.
1958 : Les Américains est publié aux éditions Delpire à Paris.
Voyage avec Jack Kerouac en Floride.
1959 : Les Américains est édité en anglais avec une préface de Jack Kerouac chez Grove Press. Sortie du premier film : Pull My Daisy.
1961 : Première exposition solo avec Les Américains au Art Institute of Chicago.
1962 : Expose aux côtés d’Harry Callahan au Museum of Modern Art (MoMA)
1969 : Divorce de Mary Lockspeiser. Sortie du deuxième film : Me and My Brother.
1971 : S’installe à Mabou sur l’île du Cap- Breton en Nouvelle-Ecosse avec sa nouvelle compagne, l’artiste June Leaf.
1972 : Sortie du film Cocksucker Blues consacré aux Rolling Stones.
Revient peu à peu à la photographie par le biais de photomontages, de négatifs manipulés et de polaroids griffonnés.
Publication de The Lines of my Hand avec une approche autobiographique.
1974 : Décès de sa fille Andrea dans un accident d’avion.
1987 : Sortie du film Candy Mountain co-dirigé avec Rudy Wurlitzer.
1994 : Suicide de son fils Pablo.
1997 : La série Les Américains est exposée à la Maison Européenne de la Photographie à Paris.
2004 : Exposition rétrospective à la Tate Modern à Londres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s